All for Joomla All for Webmasters

Mali-Burkina Faso : Une vaste opération de ratissage de soldats français, Burkinabès et maliens est en cours dans la province de Soum

@DR

Depuis quelques jours, des militaires burkinabés soutenus par un détachement de soldats français de Barkhane avec l’appui des hélicoptères ont entamé une vaste opération de ratissage dans la province de Soum, près de la frontière Mali-Burkina Faso.  L’opération vise a démantelé les bases des djihadistes du groupe Ansaroul Islam, de Maalam Ibrahim Dicko. « Les soldats Burkinabès et français fouilles les villages de la province de Soum maison par maison, village après village et se dirigent vers la forêt de Fhero, le sanctuaire  de djihadistes peulhs de Maalam Ibrahim Dicko », annonce une source de renseignement ouest africain. Des soldats maliens convergent également vers la forêt de Fhero.

« Les maliens font le ratissage du côté du Mali et se dirige également de leur côté vers la forêt Fhero pour resserrer l’étau sur les djihadistes », assure la même source. Ces informations ont été confirmées également par des sources proches des djihadistes peulhs qui commencent à miner le terrain. « Nous attendons les soldats Burkinabès et français de pied ferme, nous m’allons pas fuir devant eux », dit naïvement un sympathisant des djihadistes peulhs de Maalam Ibrahim Dicko. Selon nos informations, les fouilles dans les villages n’ont pas permis pour le moment de découvrir des caches d’armes et aucune arrestation n’a eu lieu, mais l’opération est cours.

Couverture naturelle

La forêt de Fhero est située sur la frontière entre le Mali et Burkina Faso et est formée par des arbres touffus et très denses. « Cette forêt sert de couverture naturelle qui empêche aux avions de voir les djihadistes au sol et l’accès au sol est très difficiles », explique un fin connaisseur de la région.

Selon des informations recueillis par Nord Sud Journal, ils sont entre 150 et 200 combattants djihadistes dans cette forêt de Fhero. Les entrées de la forêt sont minées et les djihadistes sont spécialistes des embuscades complexes dans des endroits stratégiques de la forêt.

C’est au début de l’année que le chef djihadiste de Maalam Ibrahim Dicko et son groupe Ansaroul Islam se sont fait remarquer en attaquant le camp militaire de Nassoumbou, en tuant 12 militaires Burkinabès. Le même groupe opère dans le centre du Mali, avec le soutien des djihadistes peulhs maliens. Le 5 mars derniers, ils avaient attaqué le camp militaire du village de Boulikéssi, en tuant 11 militaires malien, selon les chiffres officiels, mais selon des résidants de Boulikéssi, 13 militaires maliens ont perdu la vie dans cette attaque.

Depuis quelques mois, les djihadistes de Maalam ont fermés plusieurs écoles   dans certains zones de la province de Soum où ils sont présents.

Nord Sud Journal

2 plusieurs commentaires

  1. Qu’elle est leurs buts il veut quoi

  2. Quand la forêt sera prise par les forces de la coalition, il faut envoyer les djihadistes dans les endroits où ils ont mis les mines. D’une pierre ,deux coups

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*